Make your own free website on Tripod.com

ASEM ASEM ASEM ASEM

CENTRE MORGANE

PAGE D'ACCUEIL
VISITEZ LES SITES DES PARTENAIRES DE L'ASEM
PRESENTATION
COLONIE DE VACANCES
NOS OUTILS ET TECHNIQUES FREINET
NOS JOURNAUX EDUCATEURS ET ENFANTS
CENTRE MORGANE
GALERIE PHOTOS
LES CONTACTS

14.jpg

Un aperçu des Activités 2007 au Centre Morgane 
 
date activités 
4-févr.-07 Rencontre formation cellule Asem Dagana
7-févr.-07 rencontre cell asem dagana réunion
10-févr.-07 séminaire vacataires Collèges dans la salle freinet
27-févr.-07 Réunion- Dagana sjr grpe enfts et adultes fév07
5-mars-07 formation Echanges ASEM - ICEM Nord pas de Calais France 
18-mars-07 groupe français via Denis Tirat visite et échange pédagogique école Freinet Dagana
2-avr.-07 Olympiades : concours d'excellence pour les jeunes filles des colléges et lycée Dépt Dagana
22-avr.-07 Rencontre celle Asem Dagana
28-avr.-07 Réalisation d'un film par des Cinéastes professionnels entre Paris et Ecole freinet Dagana
15-mai-07 Kermesse d'Ecole Freinet de Dagana 
15-juin-07 séminaire des jeunes enseignants des écoles rurales environs de Dagana
22-juin-07 visite du centre morgane et ecole freinet par la Coopération française + inspecteurs du MEN / Echange ASEM
24-juin-07 Séminaire de formation des handicapés du département de Dagana
3-nov.-07 hébergement Gpe Mont Joie: Insertion des jeunes français en difficultés
20-nov.-07 A G cellule Asem dagana
16-déc.-07 Rencontre Pédagogique cellule  Asem Dagana
08 au 26 juil Mathieu et Séverine : 2 enseignants volontaires pour appuyer des activités éducatives de vacances au centre Morgane 
14 au 21 juill Séjour de 07 Suisses et 3 brésiliennes au Centre Morgane Echanges avec des personnes ressources ASEM- Partenariat
16, 17 et 18 formation de la génération 3 des pers ressources ASEM (2ème session de formation)
20 au 22 juill Visite du centre Morgane par des jeunes et partenaires Rezééns dirigés par  Jacko  
22 et 23 avr  Bilan de la Formation des formateurs ASEM et suite des sessions
9-12 nov 07 séminaire alhabétiseurs poular (thème Sida)

Le Centre Morgane et l’Ecole Moderne Dagana 6

 

            L'Association Sénégalaise de l'Ecole Moderne (ASEM) est une structure Nationale qui a son siège  à Dagana : Le Centre Morgane.

 

            Ce centre est le fruit d'une coopération entre l'ASEM au Sénégal et l'Association Morgane basée à Nantes en France.

           

            La ville de Dagana a beaucoup contribué à la réalisation du Centre par l’attribution d’un terrain pour le centre Morgane mais aussi pour la nouvelle Ecole Moderne (Groupe Scolaire) en construction. 

            Ce Centre est aujourd’hui mondialement connu. Et son nom est désormais lié à la ville de Dagana. Il a déjà abrité de nombreuses rencontres dont :

-         l'Atelier post RIDEF (Rencontre Internationale des Educateurs Freinet) avec trente nationalités : Afrique, Amérique, Europe et Asie - Août 06

-          des Séminaires de formation de formateurs et renforcement sur la Pédagogie        Freinet tous les  ans,

-     la formation des élus locaux nov. 06,

-          Olympiades des collégiennes et lycéennes avril 07,

-          la formation des handicapés -juin 07

-          la rencontre SENEBABA : Sénégal, Baden (Suisse) et  Bahia (Brésil) juillet 07

-          le Séminaire de formateurs Eleveurs

-         et de nombreux séminaires d'enseignants....

 

            Le Centre Morgane est à la fois un lieu de formation de formateur (Personnes Ressources) ASEM et de perfectionnement pour les enseignants en général. L'ASEM est un cadre d'innovations pédagogiques (surtout en techniques de l'Ecole Moderne : Pédagogie Freinet.). Elle est aussi un cadre de documentation et instaure des partenariats éducatifs entre des classes et des écoles Sénégalaises, Africaines (CAMEM) et surtout NORD - SUD.

 

            A côté du centre Morgane, il y a l'Ecole de Dagana 6 créée récemment. C’est une école pilote, expérimentale Freinet. En partenariat pédagogique avec l’Ecole Expérimentale de Vitruve à Paris. Des techniques Freinet sont en expérimentation  dans cette nouvelle école de Dagana : le journal scolaire, la correspondance interscolaire, le texte libre, les conseils d'enfants, les classes coopératives....  Les enseignants qui constituent l’équipe pédagogique sont des volontaires de l’Education et des Maîtres contractuels. Ils ont presque tous connu la pédagogie  Freinet dans cette école.

 

Comme projets pédagogiques entre nos deux écoles en partenariat (Ecole Dagana 6 et Vitruve) réalisés ou en projets :

 

-                     deux livrets de lecture sont réalisés sur l’alimentation (Nord – Sud) par les enfants et sont en cours d’édition à Paris,

 

-                     un film intitulé  « les lettres filmées »  sur la ville de Dagana et  le quartier 20ème arrdmt de Paris sont réalisées par nos enfants avec des cinéastes professionnels français et africains. Ce film sera bientôt largement diffusé ;

 

-                     Des voyages d’enfants parisiens au Sénégal (2004, 2005, 2006) et d’enfants Daganois à Paris (en 2007) à Paris.

 

-                     Une correspondance interscolaire centrée sur un thème annuel : l’eau  2005 -2006, l’alimentation en 2006 - 07, le bois en 2007 – 08 ...

 

            Cette école est aussi un modèle d'architecture par ses classes  bioclimatiques et très ouvertes au quartier Diamagueune Sud de Dagana où elle est implantée. Des structures de jeunes garçons, jeunes filles, de femmes et de parents d’enfants sont créées et mobilisent  tous les acteurs autour de l’Ecole. Reste à les impulser un grand dynamisme et à les rendre économiquement productives.

 

            L’Ecole est un Groupe Scolaire en construction et comprendra une école élémentaire de six classes et une école maternelle de 3 classes. Cependant les difficultés financières ont fortement ralentis le projet. Seules deux salles de classes sont finies et deux autres en cours de construction avec les appuis de Réunion – Dagana à Paris, Association  Morgane à Nantes et Xarito Dagana- Réunion dans le quartier où l’école est implantée.

 

Journées ASEM de DAGANA Août 2008

 

Lieu : Centre Morgane Dagana

 

Date d’arrivée des participants : le 21 Août 2008

 

Ateliers : Elaboration de fichiers autocorrectifs : CE et CM

Se munir de tous les documents utiles pour toutes les matières : Français, Maths, Eveil, Art  et autres.

 

Participants :

-         toutes les personnes Ressources ASEM (Génération 1 et Génération 2)

-         et  les Responsables de cellules ASEM : Dakar, Kaolack et Louga.

 

Retour des participants : le 25 Août au Matin avec les colons.

 

Nous participerons à la fête de clôture de la colonie.

pio.jpg
De la Gauche Blandine DEVOUGE, le Préfet, Seybatou YAGUE le maire

 

Dagana, le 30 octobre 2005

 

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire,

Monsieur l’Inspecteur Départemental de l’Education Nationale,

Monsieur le Président de l’ASEM,

Monsieur le représentant de l’ICEM,

Monsieur le représentant de la FIMEM,

Monsieur le représentant de la Ligue de l’Enseignement au Sénégal,

Mesdames et Messieurs les représentants des institutions,

Monsieur le Consultant de l’UNESCO

Mesdames et Messieurs les enseignants membres de l’ASEM

Chers amis représentants de l’association Morgane,

Mesdames et Messieurs les parents d’élèves

Chers amis,

Vous tous ici présents,

 

Ce jour est l’un des plus importants de notre vie.

Paradoxalement c’est un jour emprunt à la fois de joie et de tristesse.

Notre émotion est immense et vous l’entendrez au son de ma voix qui risque de trembler fréquemment.

Immense parce que, pour nous, l’histoire de la construction du centre de formation Morgane commence avec le décès de Morgane, notre fille, notre sœur, notre nièce, ou notre amie ou fille de nos amis.

Morgane est morte, il y a bientôt 4 ans, le 30 décembre 2001, emportée par une avalanche en montage à nos côtés. Elle avait presque 21 ans.

Morgane se destinait à être institutrice, elle préparait le concours de l’IUFM, l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres, à la faculté de Nantes. Dans la perspective de son entrée à l’IUFM, Morgane avait fait un stage à l’école élémentaire Ange Guépin de Nantes qui pratique la pédagogie Freinet. Elle y découvrit alors avec beaucoup d’enthousiasme des méthodes auxquelles elle eut envie d’adhérer, qui répondaient à son idéal et au sens qu’elle voulait donner à sa vie. Elle était persuadée que c’est dans ce sens qu’il faut agir pour l’épanouissement de l’enfant.

Elle avait aussi à l’esprit l’envie de partir enseigner dans un pays d'Afrique.

Morgane était une jeune fille très volontaire, très gaie, soucieuse des préoccupations des plus défavorisés et de celles de ses amis. Elle était entière, souvent sans concession, intègre, fréquemment meneuse de projets tant avec son groupe d’amis les plus proches que dans ses activités nautiques à l’aviron puis à l’école de voile des Glénans ou à la fac. Les témoignages de ses amis et de ses proches que l’on peut trouver dans le cahier retraçant des morceaux de son histoire soulignent ces traits de caractère.

Elle nous manque terriblement.

Au moment de ses obsèques nous avons proposé à ceux qui le souhaitaient de nous remettre une somme d’argent pour nous permettre de lancer un projet dans la perspective de tenter de prolonger l’action éducative qu’elle souhaitait mener.

Merci chers amis, présents et lointains, de nous avoir accompagnés dès le début dans cette démarche et de la confiance que vous nous avez toujours témoignée.

Après son décès et pendant un an nous avons peu à peu reconstruit un équilibre et lutté pour que nos vies ne s’effondrent pas. C’est à ce moment que nous rencontrons Jean Le Gal.

Jean Le Gal, Chargé de mission aux droits de l'enfant et à la citoyenneté et Responsable des relations avec le Sénégal, pour l’Institut Coopératif de l’École Moderne a pratiqué les méthodes Freinet pendant de très nombreuses années à Rezé. Il nous a mis en contact avec Papa Meïssa Hanne, Président de l’Association Sénégalaise de l’Ecole Moderne (ASEM) qui composée d’instituteurs tous Sénégalais, a pour objectif principal de vulgariser, d’adopter la philosophie et les techniques Freinet et de promouvoir toute innovation allant dans le sens de l’édification d’une école laïque, populaire, moderne et libératrice. L’ASEM est un cadre de concertation, de travail et de formation continue de ses membres.

Merci Jean, grâce à toi nous sommes en contact avec des interlocuteurs de grande qualité.

En janvier 2003, nous fondons l’Association Morgane, en février 2003, c’est notre premier voyage au Sénégal. Nous y rencontrons longuement les membres de l’ASEM. Leur accueil fut extrêmement chaleureux, leur appréhension de notre douleur encore très vive et leur délicatesse nous ont profondément touchés. Dès le début nous nous sommes sentis en phase et en parfaite harmonie avec nos partenaires.

Les membres de l’ASEM, initiateurs de l’utilisation des moyens que nous apportions, avaient un projet pour eux inaccessible : la construction d’un centre de documentation et de formation destiné aux enseignants et qui deviendrait le siège de leur Association. Tout à coup, ceci devenait possible.

Très vite la ville de Dagana donne un terrain de 3 000 m² à l’ASEM. Il accueille la construction du centre de formation et de documentation Morgane. Merci Monsieur le Maire, Merci Monsieur Seybatou Yague, merci à toute votre équipe municipale d’avoir permis la réalisation de ce projet. Avec l’entreprise d’Arona Hanne, la construction a démarré très vite, puisque nous possédions déjà une première somme de 20 millions pour assurer le financement de la première tranche de la construction.

Dès notre retour en France nous informons notre réseau d’amis, nos familles et nos partenaires de la nature et de l’importance du projet envisagé et lançons des appels de fonds. Entre juin 2003 et ce jour, nous avons réuni la somme de 60 millions de francs CFA auprès d’environ 600 donateurs (individuels, entreprises, fondations et groupes d’artistes) devenus ainsi membres de l’Association Morgane.

Ici, au Sénégal nous trouvons aussi des conseils et des attentions particulières, notamment auprès de Denis et Chantal Tirat ou encore auprès de Lydia Brovelli attachée à la direction sociale de l’ambassade de France.

C’est grâce à cet allant d’enthousiasme, de générosité, de savoir-faire et de pugnacité collective que cet ensemble est aujourd’hui devant nous. La construction aura demandé deux ans à peine, grâce à une convergence de volontés fédérées autour de Papa Meïssa Hanne et de l’équipe qu’il a su constituer. Aujourd’hui nous voulons remercier tous ceux qui ont permis sur place la réalisation de ce projet, depuis sa conception jusqu’à la finition complète qui ne saurait tarder. Nous ne pouvons citer tout le monde tant vous êtes nombreux à vous être investis dans ce projet. Malheureusement, nous ne connaissons pas toutes les personnes qui ont travaillé pour ce chantier. Cependant, notre volonté, lorsque nous citons quelqu'un pour le remercier de son action, c'est aussi de remercier toute sa lignée et son entourage grâce à qui son action a été possible. Une mention particulière cependant pour Arona Hanne, l’entrepreneur, que nous remercions de la qualité de son travail avec tous les corps de métier qui l’ont assisté : les puisatiers, les maçons, les carreleurs, les plombiers, les électriciens, les menuisiers, les soudeurs, les mouleurs, les peintres, les poseurs de paxalu, les livreurs de matériaux, les commerçants, le service des eaux, sans oublier les femmes qui ont organisé et préparé les repas, le gardien du chantier, les enfants qui ont arrosés les plantes, les parents d’élèves qui ont aidé au nettoyage du terrain et bien entendu l’ASEM et particulièrement la cellule de Dagana. Vous aurez la gentillesse de bien vouloir excuser nos oublis éventuels ; mais quelle que soit la façon dont vous avez participé à la construction de ce centre, soyez assurés de nos remerciements.

Dieure dieuf iènn !

Certains matériels manquent encore et notamment les micro-ordinateurs qui seront livrés, nous l’espérons avant la fin de l’année 2005.

Selon les termes du premier article de la convention que nous avons passée entre l’Association Morgane et l’ASEM en mai 2003, il est écrit que l’ASEM deviendra propriétaire du Centre à la fin de sa construction. Mais cette grande bâtisse demandera encore beaucoup d’attention et les membres de l’Association Morgane ne seront jamais loin.

La construction est terminée, ceci ne veut pas dire pour autant que notre Association arrête son action aux côtés de l’ASEM et de la Ville de Dagana.  Nous avons ensemble d’autres projets. Notre Convention de juin 2003 mentionnait la possibilité de construction prochaine d’une école d’application associée au Centre Morgane de l’ASEM.  En partenariat avec la Ville de Dagana, l’Association Réunion Dagana de Paris 20ème et l’Association Xarito Dagana-Réunion du quartier Diamagueune Sud, c’est maintenant chose faite. De l’autre côté de ce mur la construction d’une école élémentaire et maternelle a démarré en juillet de cette année. Elle prendra ainsi la suite de ce qui avait été initié dès la rentrée 2004 lorsque le Centre Morgane avait accueilli les deux premières classes de l’Ecole Diamagueune Sud fraîchement créée par décision de Monsieur l’Inspecteur départemental de l’éducation de Dagana.

Notre action se prolongera aussi aux côtés de l’ASEM pour apporter les moyens de démultiplier les formations d’instituteurs aux méthodes de la pédagogie moderne et laïque d’apprentissage de la citoyenneté.

Souvent vous nous dites que vous ne savez pas comment nous remercier. La plus belle reconnaissance que vous puissiez nous apporter est que le centre Morgane fonctionne, que de nombreux instituteurs puissent y être formés et y trouvent la documentation dont ils ont besoin, pour qu’ensuite ils puissent démultiplier largement leurs acquits.

Tout ceci n’a été possible que parce que d'autres étaient avant nous. Notre souhait est de nous inscrire dans une lignée, une suite, qui elle-même aura sa suite... c’est en tout cas notre volonté, celle qui donnera une vie au-delà de la nôtre.

Voici venue la fin de ce discours et le moment symbolique qui y est lié dont nous savons que Morgane aurait été très fière :

Monsieur le Président de l’ASEM, au nom de l’Association Morgane que je préside et de tous ses membres, c’est avec fierté que je vous remets les clés du Centre Morgane. L’ASEM et tous ses membres en sont maintenant les propriétaires.

 Discours d’inauguration du Centre Morgane

Prononcé le 30 octobre 2005

par Blandine Devouge, Présidente de l’Association Morgane

Inauguration  du  Centre  Morgane  de  l’ASEM
 discours  du  Président

Monsieur Le Préfet,

Monsieur Le Maire,

Monsieur l’Inspecteur de l’Education

Messieurs les chefs de services départementaux,

Monsieur le Représentant de la Fédération Internationale des Mouvements d’Ecole Moderne (FIMEM),

Monsieur Le Consultant de l’Unesco et de l’ASEM,

Monsieur le Représentant de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne (ICEM),

Messieurs Responsables de Cellules ASEM dans le Sénégal,

Chers partenaires et invités

Et chers amis,

 

C’était un jour particulier pour l’ASEM, ce jour là, quand on rencontrait pour la première fois à l’Ecole Amadou Mbaye Messeyni  de St -Louis, la Famille de Morgane Grossmann,

 

Ce jour est presque identique à d’autres qui ont marqué la vie de l’ASEM, j’en cite :

-         la première rencontre avec  Jean LE GAL à l’Ecole de Diawar en  1988. Cette rencontre qui marque le début d’une longue histoire celle de l’ASEM qui inaugure aujourd’hui un Grand centre unique au Sénégal,

-         la naissance encore à St louis en 1995, de la Coordination Africaine des Mouvements d’Ecole Moderne qui regroupe 7 pays.

 

De 1988 à nos jours,  17 ans sont passés. Durant ces longues années des hommes et des femmes Educateurs convaincus ont bravé vents et marées, se sont battus pour mille causes nobles : améliorer la qualité de l’enseignement par la reconnaissance de la dignité de l’enfant, par la défense des droits de l’enfant, pour de meilleures conditions de travail aussi bien pour les enfants que leurs enseignants, pour un mieux être des populations des milieux d’où sont issus les enfants… Tout ceci à travers les techniques de la Pédagogie Freinet.

 

L’ASEM est une Association Nationale regroupant des éducateurs tous corps confondus du public comme du privé. Les raisons  de sa création sont nombreuses, nous en citons deux :

-         les conclusions des Etats généraux de l’Education faisant état du déficit de formation et d’encadrement des enseignants en est une,

-         la rencontre avec la Pédagogie Freinet par la personne de Jean Le gal ici présent, Représentant la Fédération Internationale des Mouvements d’Ecole Moderne à la quelle l’ASEM est affiliée en 1992. Par cette affiliation l’ASEM est la 1ère association de l’Ecole moderne membre de la Fimem en Afrique noire francophone.

L’ASEM est un cadre de formation et de perfectionnement des éducateurs par les échanges d’expériences novatrices. Elle est aussi un cadre de documentation pédagogique par les bibliothèques qu’elles crée auprès des cellules. Notre Association a mis en place de nombreux partenariats entre des écoles sénégalaises, africaines et européennes. De nombreux éducateurs sénégalais ont participés a des Rencontres internationales partout dans le monde.

 

Pour en savoir plus sur l’ASEM :

-         allez à Diawar  vous serez surpris par les fruits issus de la bonne coopération entre l’Ecole et les différentes structures du milieu et les nombreuses réalisations au profit de toutes les couches de la population,

-         à Wassoul  où a été initié l’expérience des Conseils de village à l’instar des conseils régionaux, départementaux, ruraux sous l’initiative des enfants délégués de leur école à côté des notables, des femmes, et d’autres personnalités pour réfléchir , discuter et prendre des décisions sur tout ce qui concerne le village, 

-         à Rufisque, précisément à Fass où cette école est au cœur du développement de la ville pour la seule et simple raison l’exemplaire partenariat Rufisque/ Nantes. Ce partenariat dont la réussite est due en grande partie des rôles de cette école dans les innovations nombreuses, je citerai seulement  deux choses : - son projet d’éducation à la citoyenneté qui comporte un volet gestion des ordures qui a pris en compte le quartier par l’attribution et la gestion de poubelles - et la célèbre MTM qui a séduit plus d’un sénégalais pour en savoir plus il faut demander à Youssou Ndour ;

-         dans le Gandiole, l’Ecole de Ricotte n’a pas fini de faire des enfants, des jeunes , des hommes et des femmes de vrais citoyens, ces bergers marginalisés sont aujourd’hui une population de référence de part leur ouverture, leur organisation et leur implication dans les besoins de l’Ecole;

-         à Messeyni cette école pourtant très ancienne a été préférée pendant longtemps par tous les jeunes enseignants stagiaires de l’EFI de St - Louis pour les innovations (sa bibliothèque et son rayonnement dans le quartier du Nord St louis;

-         à Guédiawaye, l’école la Rive du Savoir est aussi un lieu de Dialogue, de formation  et de documentation pour Dakar et surtout des habitants de ce quartier; 

-         à Vélingara la cellule ASEM a produit un des meilleurs enseignants de la circonscription et de très bonnes écoles.

-         à Diamagueune Sud  de Dagana, cette récente école est entrain  de transformer le quartier en un pôle de développement malgré le fait qu’elle n’est qu’à sa première année d’existence.

-         et très bientôt ce sera le cas à Kaolack, à Louga

 

Aujourd’hui est aussi un des grands jours de l’ASEM. Ce bijoux que nous inaugurons est une preuve visible d’une persévération d’un groupe engagé, convaincu, soudé  pour avoir supporté dix sept  ans de sacrifices.

 

La charge sentimentale de la famille de Morgane n’explique pas toute leur détermination à réaliser avec l’ASEM ce Complexe Pédagogique Moderne mais aussi leur générosité, leur dévouement à la solidarité humaine au service du développement durable ont permis d’en arriver à ce niveau de réalisation.

        

Madame la Présidente, Blandine Dévouge au nom de tous les membres de l’ASEM et des Educateurs africains de  la CAMEM que je préside et à mon nom personnel nous vous disons « Dieureudieuf »

 

Se doter d’une telle infrastructure est une chose, l’entretenir et l’utiliser conformément à ses objectifs en est une autre. L’ASEM ne pourra jamais honorer ses engagements si les usagers qui sont vous et nous, n’avons pas les comportements citoyens dans un lieu public. Le mal de l’Afrique ce n’est pas seulement la pauvreté mais et surtout la mauvaise gestion des ressources humaines, matérielles et financières.

 

Le projet de centre pédagogique s’inscrit dans la durée et l’efficacité : le rendre fonctionnel, accessible et répondant aux besoins des utilisateurs.

Le centre est  d’abord le Siège de l’ASEM. Il est aussi :

 

I/ Un Lieu de rencontre des enseignants ASEM :

-         Séminaire de formation, d’encadrement, de perfectionnement mais aussi la proximité de l’Ecole de Dagana 06 donne l’opportunité d’allier les pratiques de classes et les échanges théoriques.

-         Ateliers de productions ;

-         Les journées d’évaluation annuelles de l’ASEM.

 

II/ Un  Centre de ressources ASEM :

-         par la documentation des membres ;

-         par l’exposition de nos productions nationales et internationales : revues, guides, et productions de tous genres issus des autres mouvements Pédagogiques en différentes langues : français , anglais, espagnols, italiens, allemands, japonais et j’en passe  ; A l’occasion nous lançons un appel auprès du représentant de la Fimem pour disposer des productions qui pourraient intéresser les Enseignants des collèges et lycées du Sénégal et d’Afrique. 

-         par la projection de cassettes vidéo ASEM, de film etc.

 

IV/ Un Lieu d’hébergement des participants aux  rencontres.

 

 

 

VI/ Description du  centre :

-         une grande salle de réunion et de plénière ;

-         deux  blocs  sanitaires;

-         une chambre de gardien;

-         07 chambres d’hébergement avec douche intérieure

-         une case traditionnelle pour prendre le thé et le café .

-         un équipement en chaises, tables armoires, étagères, appareils audio - visuels, ordinateurs,

 

 

Il faut préciser que Le centre Morgane est ouvert à  toutes les professions, à tous les corps de métiers pour toutes rencontres allant dans le sens que nous avons défini un peu  plus haut.

 

 

Nous félicitons tous les corps de métiers qui ont travaillé dans ce centre : l’entrepreneur  maçon, les menuisiers, les peintres , le plombier, l’électricien bref tout le monde. La Main d’œuvre a été entièrement locale.

 

Merci à monsieur le Maire pour avoir non seulement donner ce terrain sans aucune complication mais pour avoir accompagné la réalisation : beaucoup de nos amis français qui sont venus au Sénégal pour le centre ou pour la nouvelle école ont été reçu et honorer par les autorités municipales de Dagana.

 

Merci à notre IDEN Elhadji Gamou Ndiaye qui a été au début de la création de l’ASEM et qui nous a toujours aidé et conseillé. Monsieur L’IA avec qui nous nous concertons sur toutes les questions importantes et comptons inaugurer encore après la Halte garderie de Diawar et ce centre d’autres réalisations.

 

Merci à nos partenaires nationaux qui ont tous accompagnés l’ASEM dans ses activités et mention spéciale  à Aide et Action et Enda à travers le projet Educal 2

Merci aussi au Proares et à Cauris pour avoir aussi accompagné toutes les activités de l’ASEM depuis sa création et à plusieurs reprises a prêté ses locaux pour les traditionnelles journées ASEM à Dagana.

 

L’Institut coopératif de l’Ecole Moderne de France ( ICEM )  est pour l’ASEM une structure sœur. L’ICEM est partout présent à côté de l’ASEM et nous apporte toutes formes d’aides.

Merci à vous tous pour soutenu avoir directement ou indirectement toutes nos actions.

                                                                  Papa  Meïssa  HANNE


Dimanche 30 octobre 2005

Sylvain Hannebique

Représentant l’Institut coopératif de l’école moderne - France

 

Texte pour l’inauguration du centre Morgane de Dagana

Centre de formation d’enseignants  de l’ASEM – pédagogie Freinet

 

 

Remerciements, au nom de l’ICEM – Pédagogie Freinet

 

A         Blandine et Pierre Grossmann, leur famille et leurs nombreux amis

            Association Morgane et réunion Dagana

            Mrs le Préfet, le Maire de Dagana, Monsieur l’IDEN représentant M. le Ministre

            Papa Meïssa et l’ASEM

            M. Meissa Beye

            Les parents d’élèves, association des femmes et les élèves de l’école

 

Et à Mme Verbrugghe, Vice Présidente du Conseil Régional Nord – Pas de Calais qui a permis à Jean Le Gal et moi-même d’être présents ici ce jour…

 

 

En arrivant au Sénégal il y a quelques jours, il m’a été conté un proverbe Soninké : « Quand la mémoire part chercher du bois, elle ramène le fagot qui lui plaît ». … Si un tri même inconscient est opéré, la mémoire d’un être cher, la mémoire d’amis dont les projets portent des valeurs communes d’amour, de solidarité, de fraternité restent vivaces et fortes.

 

Pour bien apprendre, en suivant des chemins personnels, c’est l’expérience, l’action, le « faire » et l’ « agir » qui tracent les sillons profonds dans lesquels les empreintes du savoir vont s’ancrer.

 

Tous les partages, toutes les coopérations entre l’ICEM et l’ASEM ont ainsi marqué notre patient et humble travail d’Educateur.

 

Si les enjeux de l’Ecole pour tous sont encore précaires, le défi d’une Education de qualité pour tous trouve et trouvera ici un lieu, des conditions exemplaires à plus d’un titre.

 

Ce défi de l’Education de qualité pour tous sera donc tout naturellement le thème de la 46ème Rencontre Internationale des Educateurs Freinet, la première en Afrique subsaharienne… et encore une fois ce centre magnifique en est un vecteur puissant !

 

En tant que représentant de l’ICEM – Pédagogie Freinet, je peux me demander comment les éducateurs innovants et les Mouvements de l’Ecole Moderne peuvent participer à une éducation de qualité dans des système parfois contradictoires. En quoi les Pédagogies Freinet peuvent-elles représenter une alternative réelle à des systèmes éducatifs coupés des cultures d’origine, encore héritiers du système colonial et ayant du mal à créer une éducation répondant aux besoins réels des populations.

 

Des milliers d’éducateurs expérimentent, essayent, s’appuient sur les initiatives populaires ou participent à la création de structures associatives culturelles et sociales. Des milliers d’éducateurs Freinet créent des outils pour une éducation citoyenne propre à leur milieu… visent une amélioration du niveau culturel, sanitaire et social des populations avec lesquelles ils vivent… bien sûr parfois sans appui, sans moyen…

Sans diffusion, sans reconnaissance, nos recherches, nos expériences, nos réponses semblent dérisoires vis à vis des enjeux de l’Education de qualité pour Tous.

 

Nous militons avec vous, grâce à vous, pour :

 

-         une école pièce maîtresse du réseau culturel éducatif local. Une école gérée par l’ensemble des membres de la communauté éducative, élèves, enseignants, associations de parents et partenaires institutionnels

-         une école éduquant autant de filles que de garçons

-         une école n’oubliant pas les cultures plurielles

-         une école s’appuyant sur les expériences, les vécus et les besoins des enfants

-         une école laïque, émancipatrice

 

Tel est notre challenge !

 

Nous pouvons donc, ici, grâce à vous, tous poursuivre notre tâche d’Educateurs.

 

Le professeur Jacquard disait un jour à mes élèves : « L’utopie c’est comme une étoile que l’on veut atteindre. On sait qu’on ne l’atteindra jamais, mais elle nous montre le chemin »

 

Morgane, sa famille partagent avec nous nos utopies… Merci !

 

 

 

S. Hannebique pour l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne.

Dagana, le 30 octobre 2005

 

Intervention de Jean Le Gal pour la FIMEM

à l’inauguration du Centre Morgane

La FIMEM, Fédération internationale des Mouvements d’Ecole Moderne, que j’ai l’honneur de représenter, se réjouit de la création du Centre Morgane qui est le symbole fort des valeurs que nous défendons dans notre action éducative:

- l’amour et l’amitié entre les hommes ;

- la solidarité, la coopération et l’entraide ;

- la paix, la démocratie et les droits de l’enfant.

Car le Centre Morgane est bâti sur une première pierre : l’amour d’un père et d’une mère pour leur enfant.

Puis, sur une deuxième pierre : l’amitié et la solidarité entre les éducateurs Freinet du Sénégal et les éducateurs Freinet des autres pays du Monde.

Mais rien n’aurait été possible sans l’engagement solidaire de vous tous et de nombreux hommes, femmes et associations, qui se sont unis pour la réalisation de ce beau projet

Freinet, avec qui j’ai eu la joie de travailler, aurait salué, avec enthousiasme, cette oeuvre née de la coopération internationale pour laquelle il militait, comme il avait salué en 1952, le premier stage de pédagogie Freinet à Dakar.

J’ai eu la chance d’accompagner la renaissance de la pédagogie Freinet au Sénégal, voilà déjà près de vingt ans. La première graine semée, en 1987, par la correspondance, dans la petite école de Diawar, a grandi doucement, grâce au courage et à la persévérance de ses instituteurs. Et je tiens à saluer, Papa Meïssa Hanne, Seïdou Sy et Cheikh Makhfousse Seck, sans lesquels nous ne serions sans doute pas ici aujourd’hui. Ils ont su rassembler autour d’eux leurs collègues pour adapter nos techniques Freinet aux conditions souvent difficiles de l’école africaine et créer un Mouvement pédagogique aujourd’hui reconnu dans le Monde

C’est pourquoi, c’est avec un grand intérêt que la FIMEM a confié à l’Association Sénégalaise de l’Ecole Moderne, la réalisation de la Rencontre Internationale des Educateurs Freinet qui se déroulera à Saint Louis en août 2006.

Nous chercherons ensemble comment offrir une éducation de qualité à tous les enfants pour en faire des hommes libres et cultivés, des citoyens actifs et responsables.

Dans vos difficultés, cet objectif vous paraît parfois irréalisable. La naissance du Centre Morgane montre que les rêves peuvent devenir réalité quand on sait s’unir pour les réaliser.

Merci donc à Blandine et Pierre pour le magnifique témoignage d’espérance qu’ils nous offrent aujourd’hui.